CONTES ET LEGENDES
 
AccueilRechercherS'enregistrerFAQCalendrierConnexion
A PARTIR DE MAINTENANT LE FORUM NE SERAS PLUS CONSACRE QU AUX CONTES ET LEGENDES
Pour nous suivre sur la spiritualite rejoignez nous sur FB Renard Magique Community et sur groupe de renard magique community
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» QUESTION
Ven 22 Sep 2017 - 7:33 par Admin FOX

» Crois-tu que le monde va changer ?
Lun 18 Sep 2017 - 12:21 par irina

» Malheur ou bonheur
Sam 16 Sep 2017 - 14:37 par Admin FOX

» L'histoire du Roi Initié ( solstice d ete)
Ven 15 Sep 2017 - 10:31 par spodan

» LES 3 SOUHAITS
Mer 13 Sep 2017 - 20:38 par spodan

» CONTE DE NOEL
Lun 19 Déc 2016 - 11:49 par spodan

» la légende des guirlandes de Noël
Mar 13 Déc 2016 - 22:26 par spodan

» LE NOEL DES ANIMAUX
Mar 13 Déc 2016 - 22:24 par spodan

» LE MIRACLE DE NOEL
Mar 13 Déc 2016 - 22:20 par spodan

» conte belge
Ven 9 Déc 2016 - 10:27 par ambrejaune

» BABOUCHKA Conte de Noël
Jeu 24 Nov 2016 - 11:32 par spodan

» l’homme qui aimait trop le café
Jeu 24 Nov 2016 - 11:29 par spodan

» HALLOWEEN EN BRETAGNE
Mer 23 Nov 2016 - 11:04 par ambrejaune

» HISTOIRE DE FANTOME
Dim 30 Oct 2016 - 2:35 par spodan

Sujets les plus vus
VOtre FÉe d'après VOtre Anniversaire De Naissance
la fee et le renard
LA FEE ET LE RENARD
LA GROTTE DES KORRIGANS
LE CERCLE DES FEES
FLEURS ET FÉES
LÉGENDE DE LA REINE ÉPINE
le pouvoir des fees
LA FÉE MARGALIDE
DES FEES BIZARRES
FACEBOOK
Partenaires
Forum gratuit



Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Partagez | 
 

 LE PERE GEL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin FOX
Admin
Admin
avatar

Masculin
Date d'inscription : 29/10/2008
Nombre de messages : 4438
Localisation : Calgary Alberta CANADA
Votre état d'esprit du moment : patient

MessageSujet: LE PERE GEL   Dim 16 Oct 2011 - 15:41

Ce sont choses qui arrivent dans l'existence - ce vieil homme-là vivait avec sa seconde épouse. Lui avait sa fille, elle - la sienne.
Vivre avec la marâtre, chacun sait ce que c'est : tu te mets en quatre pour lui agréer - battue, tu flanches une petite fois - battue tout pareil. Tandis que sa fille à elle, on lui passe tout, et quoi qu'elle fasse on lui tapote la tête, on lui donne du "bien, ma mignonne"...
La belle-fille n'arrêtait pas : donner à boire et à manger aux bêtes, apporter le bois et l'eau, chauffer le poêle, balayer l'isba - et tout cela bien avant le jour ! Rien à faire, jamais la mégère n'était satisfaite, ce n'était pas ça, c'était mauvais.
Le vent, il lui arrive de faire du vacarme, puis il s'apaise. La vieille mégère, non. Quand elle s'en prend à quelqu'un, c'est pour longtemps. Tellement qu'à la fin elle se met en tête de rayer la belle-fille du nombre des vivants !
- Emmène-la, crie-t-elle à son vieux, conduis-la où ça te chante, je ne veux plus la voir ! Tiens, dans la forêt conduis-la, puisqu'il gèle à pierre fendre!
Le vieil homme en est tout marri, il verse d'amères larmes, mais que peut-il faire là-contre ? Cette femme-là est un démon. Il attelle donc le cheval.
- Monte dans le traîneau, ma fille chérie...
Arrivé dans la forêt, il la dépose dans la neige, au pied d'un grand sapin, et l'abandonne à son sort.
Assise sous le sapin, la jeune fille grelotte et frissonne. Et soudain elle entend comment le père Gel fait craquer les arbres alentour, comment il passe de sapin en sapin en sautillant, en crachotant, il est bientôt dans le sapin sous lequel la jeune fille est assise, de là-haut il s'enquiert
- As-tu chaud, ma fille?
- J'ai chaud, petit-père Gel, j'ai chaud, merci.
Le père Gel descend alors de quelques branches, en crépitant, en crachotant plus fort :
- As-tu chaud, ma fille? As-tu chaud, ma belle?
- J'ai chaud, petit-père Gel, j'ai très chaud, merci.
Il descend encore plus bas, le père Gel, en crépitant, en crachotant de plus belle :
- As-tu chaud, ma fille ? As-tu chaud, ma belle ? As-tu chaud, ma mignonne ?
Déjà la jeune fille sent son corps s'engourdir, elle remue la langue avec peine :
- Hou-là, comme j'ai chaud, gentil père Gel...
Alors le père Gel a pitié de la pauvrette, alors il l'emmitoufle de ses douces fourrures, il la réchauffe de ses duvets épais.
A la maison, la marâtre prend déjà ses dispositions pour les funérailles. Et tout en cuisant les crêpes, elle crie au mari :
- Va, vieil hibou, ramène ta fille, nous lallons conduire au cimetière maintenant!
Le vieux reprend le chemin de la forêt, et quand il est rendu au grand sapin, que voit-il ? Sa fille est là, indemne et bien vivante, ses yeux pétillent de bonheur, ses joues sont rosés, elle porte une fourrure de zibeline, et de l'or, et de l'argent, et il y a devant elle un plein coffre de riches présents !
Grande est la joie du vieil homme ; il charge la marchandise dans le traîneau, il y installe sa chère fille et il reprend le chemin de la maison.
La mégère, là-bas, est toujours à ses crêpes. Et sous la table, il y a le chiot de la maison qui clabaude :
- Vouah, vouah! La fille du vieux revient toute d'or et d'argent parée, celle de la vieille ne trouve pas à se marier... La vieille lui jette une crêpe :
- Aboie moi comme il faut ! Dis : "La fille de la vieille trouvera riche mari, celle du vieux, on en ramène les abattis..."
Le cabot mange sa crêpe et recommence :
- Vouah, vouah! La fille du vieux revient toute d'or et d'argent parée, celle de la vieille ne trouve pas à se marier...
La vieille a beau, une fois, lui jeter sa crêpe, une autre fois, la battre, la bestiole continue sa chanson.
Et puis, grince le portail, s'ouvre la porte, et entre dans l'isba la belle-fille parée d'or et d'argent, elle en resplendit toute ! Les ouvriers à sa suite apportent un coffre pesant, haut comme ça ! Les bras lui en tombent, à la vieille, à ce spectacle.
- Attelle vivement un autre cheval, vieil hibou! Conduis ma fille, conduis-la dans la forêt et laisse-la au même endroit !
Le vieux installe sa belle-fille dans le traîneau, il la dépose dans la neige au même endroit, au pied du grand sapin, et il s'en retourne chez lui.
Assise dans la congère, claque des dents la fille de la mégère :
Et déjà le père Gel crépite dans le sous-bois, déjà il va sautillant d'arbre en arbre, crachotant et de l'œil la fille de la vieille surveillant :
- As-tu chaud, ma fille ? s'enquiert-il. Et la fille de répondre:
- Hou, je suis transie ! Vas-tu cesser de grincer et crépiter comme ça, père Gel ! Le père Gel descend de quelques branches, il crépite, il crachote plus fort
- As-tu chaud, ma fille ? As-tu chaud, ma belle ?
- Hou-là, mes mains, mes pieds sont des glaçons ! Veux-tu bien t en aller, père Gel !
Mais le père Gel descend toujours plus bas, il sévit de plus belle, il crépite et crache encore plus fort
- As-tu chaud, ma fille ? As-tu chaud, ma belle ?
- Hou-là-là, tu m'as complètement glacée! Mais file donc loin d'ici, je te dis, disparais, maudit père Gel !
Là il se fâche pour de bon, le père Gel, et il souffle un tel froid que la fille de la vieille en passe de vie à trépas.
De grand matin, la vieille bouscule son vieux :
- Attelle donc vite, vieil hibou, va chercher la fille, ramène-la moi toute parée d'or et d'argent !
D y va, le vieux. Or sous la table, le cabot recommence son antienne :
- Vouah, vouah ! A la fille du vieux pléthore de maris, à celle de la vieille un sac pour ses abattis!
La vieille, de lui jeter tout un gâteau au chou :
- Est-ce que tu m'aboies comme il faut ? Dis : "La fille de la vieille revient toute d'or et d'argent parée..."
Mais le cabot ne veut rien savoir :
- Vouah, vouah ! répète-t-il. La fille de la vieille dans un sac avec ses abattis est ramenée...
Grince le portail, la vieille y court, accueillir sa fille adorée. Elle soulève la bâche : dans le traîneau sa fille est morte.
Il faut l’entendre donner de la voix, la vieille, mais c’est trop tard


Ce sont choses qui arrivent dans l'existence - ce vieil homme-là vivait avec sa seconde épouse. Lui avait sa fille, elle - la sienne. Vivre avec la marâtre, chacun sait ce que c'est : tu te mets en quatre pour lui agréer - battue, tu flanches une petite fois - battue tout pareil. Tandis que sa fille à elle, on lui passe tout, et quoi qu'elle fasse on lui tapote la tête, on lui donne du "bien, ma mignonne"... La belle-fille n'arrêtait pas : donner à boire et à manger aux bêtes, apporter le bois et l'eau, chauffer le poêle, balayer l'isba - et tout cela bien avant le jour ! Rien à faire, jamais la mégère n'était satisfaite, ce n'était pas ça, c'était mauvais. Le vent, il lui arrive de faire du vacarme, puis il s'apaise. La vieille mégère, non. Quand elle s'en prend à quelqu'un, c'est pour longtemps. Tellement qu'à la fin elle se met en tête de rayer la belle-fille du nombre des vivants ! - Emmène-la, crie-t-elle à son vieux, conduis-la où ça te chante, je ne veux plus la voir ! Tiens, dans la forêt conduis-la, puisqu'il gèle à pierre fendre! Le vieil homme en est tout marri, il verse d'amères larmes, mais que peut-il faire là-contre ? Cette femme-là est un démon. Il attelle donc le cheval. - Monte dans le traîneau, ma fille chérie... Arrivé dans la forêt, il la dépose dans la neige, au pied d'un grand sapin, et l'abandonne à son sort. Assise sous le sapin, la jeune fille grelotte et frissonne. Et soudain elle entend comment le père Gel fait craquer les arbres alentour, comment il passe de sapin en sapin en sautillant, en crachotant, il est bientôt dans le sapin sous lequel la jeune fille est assise, de là-haut il s'enquiert - As-tu chaud, ma fille? - J'ai chaud, petit-père Gel, j'ai chaud, merci. Le père Gel descend alors de quelques branches, en crépitant, en crachotant plus fort : - As-tu chaud, ma fille? As-tu chaud, ma belle? - J'ai chaud, petit-père Gel, j'ai très chaud, merci. Il descend encore plus bas, le père Gel, en crépitant, en crachotant de plus belle : - As-tu chaud, ma fille ? As-tu chaud, ma belle ? As-tu chaud, ma mignonne ? Déjà la jeune fille sent son corps s'engourdir, elle remue la langue avec peine : - Hou-là, comme j'ai chaud, gentil père Gel... Alors le père Gel a pitié de la pauvrette, alors il l'emmitoufle de ses douces fourrures, il la réchauffe de ses duvets épais. A la maison, la marâtre prend déjà ses dispositions pour les funérailles. Et tout en cuisant les crêpes, elle crie au mari : - Va, vieil hibou, ramène ta fille, nous lallons conduire au cimetière maintenant! Le vieux reprend le chemin de la forêt, et quand il est rendu au grand sapin, que voit-il ? Sa fille est là, indemne et bien vivante, ses yeux pétillent de bonheur, ses joues sont rosés, elle porte une fourrure de zibeline, et de l'or, et de l'argent, et il y a devant elle un plein coffre de riches présents ! Grande est la joie du vieil homme ; il charge la marchandise dans le traîneau, il y installe sa chère fille et il reprend le chemin de la maison. La mégère, là-bas, est toujours à ses crêpes. Et sous la table, il y a le chiot de la maison qui clabaude : - Vouah, vouah! La fille du vieux revient toute d'or et d'argent parée, celle de la vieille ne trouve pas à se marier... La vieille lui jette une crêpe : - Aboie moi comme il faut ! Dis : "La fille de la vieille trouvera riche mari, celle du vieux, on en ramène les abattis..." Le cabot mange sa crêpe et recommence : - Vouah, vouah! La fille du vieux revient toute d'or et d'argent parée, celle de la vieille ne trouve pas à se marier... La vieille a beau, une fois, lui jeter sa crêpe, une autre fois, la battre, la bestiole continue sa chanson. Et puis, grince le portail, s'ouvre la porte, et entre dans l'isba la belle-fille parée d'or et d'argent, elle en resplendit toute ! Les ouvriers à sa suite apportent un coffre pesant, haut comme ça ! Les bras lui en tombent, à la vieille, à ce spectacle. - Attelle vivement un autre cheval, vieil hibou! Conduis ma fille, conduis-la dans la forêt et laisse-la au même endroit ! Le vieux installe sa belle-fille dans le traîneau, il la dépose dans la neige au même endroit, au pied du grand sapin, et il s'en retourne chez lui. Assise dans la congère, claque des dents la fille de la mégère : Et déjà le père Gel crépite dans le sous-bois, déjà il va sautillant d'arbre en arbre, crachotant et de l'œil la fille de la vieille surveillant : - As-tu chaud, ma fille ? s'enquiert-il. Et la fille de répondre: - Hou, je suis transie ! Vas-tu cesser de grincer et crépiter comme ça, père Gel ! Le père Gel descend de quelques branches, il crépite, il crachote plus fort - As-tu chaud, ma fille ? As-tu chaud, ma belle ? - Hou-là, mes mains, mes pieds sont des glaçons ! Veux-tu bien t en aller, père Gel ! Mais le père Gel descend toujours plus bas, il sévit de plus belle, il crépite et crache encore plus fort - As-tu chaud, ma fille ? As-tu chaud, ma belle ? - Hou-là-là, tu m'as complètement glacée! Mais file donc loin d'ici, je te dis, disparais, maudit père Gel ! Là il se fâche pour de bon, le père Gel, et il souffle un tel froid que la fille de la vieille en passe de vie à trépas. De grand matin, la vieille bouscule son vieux : - Attelle donc vite, vieil hibou, va chercher la fille, ramène-la moi toute parée d'or et d'argent ! D y va, le vieux. Or sous la table, le cabot recommence son antienne : - Vouah, vouah ! A la fille du vieux pléthore de maris, à celle de la vieille un sac pour ses abattis! La vieille, de lui jeter tout un gâteau au chou : - Est-ce que tu m'aboies comme il faut ? Dis : "La fille de la vieille revient toute d'or et d'argent parée..." Mais le cabot ne veut rien savoir : - Vouah, vouah ! répète-t-il. La fille de la vieille dans un sac avec ses abattis est ramenée... Grince le portail, la vieille y court, accueillir sa fille adorée. Elle soulève la bâche : dans le traîneau sa fille est morte. Il faut l’entendre donner de la voix, la vieille, mais c’est trop tard



Revenir en haut Aller en bas
http://renardmagique.1fr1.net
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LE PERE GEL   Dim 16 Oct 2011 - 16:20

Un effet du gel ? je vois ton histoire en double.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LE PERE GEL   Lun 17 Oct 2011 - 10:52

d'un côté je vois l'histoire deux fois, de l'autre je ne vois pas l'image de Miette !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: le père gel   Lun 17 Oct 2011 - 13:34


l'image était pourtant passée - je ne comprends pas ce qui s'est passé - amitiés
Revenir en haut Aller en bas
irina
Eclairer
Eclairer
avatar

Féminin
Date d'inscription : 14/01/2010
Nombre de messages : 906
Age : 35
Localisation : TANANARIVE- MADAGASCAR et Toulouse
Votre état d'esprit du moment : JOVIALE

MessageSujet: Re: LE PERE GEL   Lun 17 Oct 2011 - 14:06

aie aie aie, je vais prendre mon temps pour lire
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LE PERE GEL   Lun 17 Oct 2011 - 15:42

je la verrai bien comme cela, la petite fille chérie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE PERE GEL   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE PERE GEL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» costume de pere noel pour bebe
» clauses grand pere
» le site du pere noel
» Une fillette de 9 ans conduit la camionnette de son pere ivre
» DECES DU PERE DE NOTRE COLLEGUE SELLAQ

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
LE RENARD MAGIQUE :: CONTES ET LEGENDES :: CONTES ET LEGENDES :: CONTES ET LEGENDES-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: