Voyance gratuite Spiritualité Esotérisme Paranormal Tarots Runes Amerindiens Reves Pierres Reiki Mandalas Numerologie Reflexologie Chromotherapie Légendes
 
AccueilRechercherS'enregistrerFAQCalendrierConnexion
RAPPEL UNE PRESENTATION EST OBLIGATOIRE DANS LES 15 JOURS DE L INSCRIPTION
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» pensee du jour
Aujourd'hui à 22:37 par Chipette

» Le hora dans l'astrologie hindoue
Hier à 14:42 par Admin FOX

» ma pensee
Mer 21 Juin 2017 - 23:47 par Chipette

» LA TRAME
Lun 19 Juin 2017 - 22:42 par Chipette

» Nabandonne jamais
Mar 6 Juin 2017 - 13:27 par irina

» L ORIGINE DE NOS MALADIES
Jeu 25 Mai 2017 - 6:38 par Admin FOX

» Coupe de l'Oracle de la Triade
Dim 21 Mai 2017 - 21:56 par Chipette

» PENSEE DU 21 MAI
Dim 21 Mai 2017 - 3:43 par ninette72

» priere a st michel
Ven 19 Mai 2017 - 9:06 par ninette72

» ma pensee du jour
Mer 17 Mai 2017 - 16:06 par lilly80

» auriculothérapie
Mer 17 Mai 2017 - 4:44 par Admin FOX

» nouvelle pensee
Mar 16 Mai 2017 - 22:00 par spodan

» ma pensee
Dim 14 Mai 2017 - 14:24 par lilly80

» rappel soins
Dim 14 Mai 2017 - 13:25 par lilly80

Sujets les plus vus
LA PENSEE DU JOUR
PRIERE POUR EXAUCER 1 VOEU
L'amitié même virtuel.......
NE PAS SE COMPLIQUER LA VIE
LA REFLEXOLOGIE FACIALE
Proverbes sur l'oublie
UNE PENSEE A SUIVRE
REGLEMENT DE RENARD MAGIQUE
PENSEZ Y
l amitie
FACEBOOK
Partenaires
Forum gratuit



Partagez | 
 

 Pourquoi le voyage du retour semble-t-il plus court ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Pourquoi le voyage du retour semble-t-il plus court ?   Mer 5 Oct 2011 - 2:27

comment se fait-il, quand on se rend quelque part, que le voyage du retour nous paraisse souvent plus court que le trajet de l’aller, même si l’on emprunte exactement le même chemin ?

des chercheurs néerlandais ont commencé à boucher ce «trou» dans nos connaissance, avec la publication, à la fin de l’été, d’un article dans Psychonomic Bulletin and Review

Cela a donné ce papier, paru le 1er octobre 2011 dans Le Soleil.

Étude sur l'«effet du voyage de retour»: des perceptions qui «accélèrent» le temps :
Jean-François Cliche
Le Soleil

(Québec) C'est une impression un peu bizarre, qui persiste même si l'on sait très bien qu'elle est fausse : quand on revient de quelque part, le trajet du retour nous paraît souvent, curieusement, plus bref que l'aller. Même si l'on a emprunté exactement le même chemin. Même si rien ne nous a retardé à l'aller. C'est presque à se demander si on n'est pas un peu fou...

Eh bien, qu'on se rassure : une étude néerlandaise parue dans Psychonomic Bulletin and Review vient de confirmer l'existence (et la normalité) de cette distorsion de notre perception du temps. L'«effet du voyage de retour», comme l'appelle le trio d'auteurs mené par le psychologue de l'Université Tillburg Niels van de Ven, n'avait apparemment jamais été étudié auparavant, bien qu'il semble largement répandu.

M. van de Ven et ses collègues ont donc imaginé trois expériences différentes pour s'assurer qu'il s'agit bien d'un phénomène réel, soit : deux allers-retours distincts en bus auxquels ont pris part un total de 69 passagers; un aller-retour en vélo (93 personnes); et une vidéo de trajet en bicyclette qu'ont visionnée 139 étudiants dans un labo.

Résultat :

l'existence de l'«effet du retour» ne semble plus faire de doute. Les passagers des bus ont du moins montré une nette tendance à estimer que le retour avait pris moins de temps que l'aller. Ceux qui ont participé à l'expérience en vélo ont pour leur part évalué le temps du trajet à 44,3 minutes pour l'aller, contre 36,9 minutes pour le retour - alors qu'en fait, le parcours se faisait en environ 35 minutes. Le parcours filmé prenait quant à lui exactement 7 minutes, mais il a paru aux sujets comme 9,5 minutes lors de l'aller et seulement 7,1 minutes au retour.

Comment expliquer cette distorsion? A priori, écrivent M. van de Ven et cie, il est possible que cela soit une question de familiarité : la connaissance du trajet acquise à l'aller le rend moins nouveau et plus prévisible au retour. Et comme nombre d'études ont démontré que les tâches familières et prévisibles nous paraissent moins longues, cela pouvait en principe valoir aussi pour les voyages.

Durée de l'aller

Mais ce n'est pas le cas. Après l'expérience de l'autobus, en effet, les participants devaient noter les points de repère rencontrés sur leur chemin, afin de mesurer leur familiarité avec le trajet, mais aucun lien n'a été trouvé entre le nombre de jalons et la force de l'effet du retour. De la même manière, dans les expériences à vélo et en vidéo, une partie des participants empruntaient ou visionnaient un chemin du retour différent de celui de l'aller, mais cela ne les a pas empêchés de trouver le retour plus court.

Ce sont plutôt nos attentes au sujet du temps que prendra le trajet qui expliqueraient le phénomène. «En général, écrivent les chercheurs, les gens sont passablement imprécis quand ils doivent estimer le temps qu'a pris ou que prendra quelque chose [... et] ils prédisent souvent que leurs tâches prendront moins de temps qu'en réalité.» À cause de ce «travers», donc, on serait porté à surestimer la durée du trajet de l'aller; ces attentes trop optimistes sont alors presque inévitablement déçues, ce qui nous donne l'impression que l'aller a été plus long.

Or, c'est justement cette impression de longueur qui nous sert d'étalon pour juger de la durée du retour - d'où le sentiment qu'il est plus court. Cela pourrait en outre expliquer pourquoi l'«effet voyage du retour» semble inexistant sur les routes que l'on emprunte très souvent, comme le chemin du boulot : avec la pratique, nos estimés deviendraient plus réalistes.

«Une chose qu'il est intéressant de noter dans cette étude, c'est que c'est davantage la durée de l'aller qui est surestimée que le temps du retour qui est sous-estimé», dit Simon Grondin, spécialiste des perceptions temporelles de l'École de psychologie de l'Université Laval. M. Grondin n'a pas pris part à l'étude.

Si les attentes déçues sont une bonne explication, elles ne sont pas nécessairement la seule, dit M. Grondin - comme les auteurs de l'article, d'ailleurs. «L'état affectif pourrait jouer un rôle aussi. À l'aller, on peut avoir hâte d'arriver, et il semble que plus on a hâte, plus le temps semble s'étirer», suggère-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
 
Pourquoi le voyage du retour semble-t-il plus court ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi un voyage astral?
» étoiles fixes ou mobiles ?
» J. du Bellay : "Heureux qui comme Ulysse..." ("Les Regrets"), questions/éléments de réponse
» Lapérouse, le voyage sans retour. De Gérard Piouffre
» post des organisateurs de voyage débutants: le retour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE RENARD MAGIQUE :: SOINS SPIRITUEL/ENERGIE :: BIEN ETRE ET SOINS SPIRITUEL :: Sciences Psy-
Sauter vers: